Retourner avec le fil d'Arianne:    Le Sphinx --> Ecouter-Regarder


 
 Retour vers la derniére séance

Atelier  Philo

 

Mardi 30 Octobre 2018 à 20h30

phrase retenue pour la discussion :

Le savoir, un droit ou un devoir ?


lieu :  L'atypik

10,place Edmond Arnaud (bout de la rue Très-cloîtres) 
Grenoble


Visuel
: en guise d'illustration de la phrase du
dernier Atelier...
          
Y-a pas le temps !
 


Chamisso,
auteur allemand du dix-neuvième siècle



 
 
 

N'oubliez-pas... l'ensemble des sujets et phrases traités
 ci-dessous




En écho à l'Atelier philo du 16 Octobre 2018 : Y-a pas le temps !

Tout d'abord, il est peut-être important de noter qu'il s'agit non pas de « Je » mais de « Y-a » . Le « Je » nous aurait situés dans la sphère de l'individu ; le « Y-a » nous met sur le terrain du collectif . L'impossibilité de la réalisation d'un certain « faire » n'est peut-être pas, dans les deux cas, de même nature ; pas plus d'ailleurs que n'est, sans doute, comparable  le rapport au temps. Enfin, la notion de temps est-elle la même ?

La notion de Temps est une notion difficile. Est-ce une réalité objective ou subjective ? Certes, pour le scientifique, le temps, dont la mesure dépend des instruments qui ont évolué au cours des siècles, peut être partiellement considéré comme objectif, même s'il va jusqu'à s'inscrire, dans un premier temps, dans un savoir purement théorique (Neptune ; Trou noir) ; peut-être ne sortons-nous jamais d'un système de codifications ? Peut-on « penser » le temps (espace-temps)? Devons-nous plutôt parler de « temporalité » , d'un vécu du changement, d'une durée, d'un repère du mouvement ?

Quoiqu'il en soit, la préoccupation du « temps » naît du constat que l'homme bute sur un « terme », une fin de ses actions possibles tout en vivant le retour en arrière comme irrémédiable. De deux choses l'une : ou le projet choisi peut être remis en cause (projet qui n'a pas tenu compte de l'avis des autres ou de certaines connaissances), le nouveau projet intégrant certaines données de l'ancien (y-a le temps!) ; ou les objectifs poursuivis sont porteurs d'un avenir dont la remise en cause pourrait nous mettre en péril (Y-a pas le temps!).

Se pose alors la question de l'évaluation de ce péril qui nous fait, au jour d'aujourd'hui courir de façon incessante et toujours plus vite : l'argent ? la chosification du savoir garante d'une incapacité à comprendre, à se poser des questions ?

Il reste que, parfois, la situation (accident ; Tremblement de terre etc...mais aussi menace d'effondrement psychologique) impose que nous considérions en priorité un « Y-a pas le temps !». Geneviève

 


Ateliers précédents non repris sur le site : "L'appétit vient en mangeant" / "On est tous au même point" / "J'y crois pas !" / "C'est mieux à plusieurs." / "Tout se paie." / "Vive l'incertitude !" / "Ne craignez pas d'avancer, craignez seulement de rester su place."/ " Les jeunes veulent grandir, mais les vieux veulent redevenir jeunes." / "Il faut juger les juges."/ "Au bout du compte, on est tous dans le même monde."/"L'ubérisation, une bulle."/ "L'avenir est ouvert."

L’ATELIER PHILO… ?

Historiquement, « l’atelier philo » s’inscrit à la fois dans la continuité et la rupture des « cafés philo » des années 1995-2005.

-          Dans la continuité, car il ne s’agit pas de conférence, ni d’exposé, (même suivi d’un débat), de la part de quelqu’un qui, possesseur d’un savoir, viendrait le transmettre ; chaque participant, quelle que soit sa compétence, s’exerce à exprimer son propre point de vue, sur lequel il permet ainsi, à chacun, d’opérer un travail de compréhension et de critique.

-          Dans la rupture aussi, par conséquent, car ce travail en commun devient l’aspect principal de l’atelier.

 4 Septembre 2018... ouverture de l'Année sociale 2018-2019

Depuis - 1968, peut-être ! - un certain nombre d'années sûrement, les bouches ont eu le droit de s'ouvrir pour parler, les voix se sont fait  entendre et maintenant les mots volent, toujours les mêmes, partout, "agglutinés" jusqu'à constituer un voile derrière lequel le "vital" de l'interrogation disparaît. Or, seul le "vital" détermine la réflexion : l'Atelier Philo le sait bien.     Geneviève

 A noter : Maintenant, le sujet tiré au sort vaudra pour la fois suivante et sera annoncé ; chacun peut ainsi y réfléchir avant la séance.

Séances précédentes :

Passion, désir, besoin

La fonction du désir

Le corps, la jouissance et le langage

La jouissance au coeur des contraires

Bilan 2011/2012

Peut-on penser/maîtriser le changement ?

Quelles règles ? Détermination du thème.
Peut-on penser/maîtriser le changement ?
Doit-on connaître pour maîtriser ?
Le changement : contrainte ou choix ?
Que devons-nous changer ?
Qu'est-ce que penser le changement ?
Le rôle de l'intersubjectivité dans la pensée et la maîtrise du changement ?
Changement ou éternel retour ?
Fin du thème : Peut-on penser/maîtriser le changement ?

L'origine de la notion de réalité

L'origine de la notion de réalité
Est-ce qu'on voit ce que l'on croit ou est-ce qu'on croit ce que l'on voit ?
Toute pensée est-elle une réalité ?
Au commencement, était-ce le Verbe ?
La conscience est-elle dans la réalité ?
Le réel est-il intelligible ?
Le réel comme présence ou comme croyance ?
Comment le faux peut-il produire le vrai ?
Le rôle de l'émotion dans la recherche de la vérité ?
L'art permet-il de connaître l'origine de la réalité ?
Peut-on penser l'origine de la réalité ?
Comment peut-on dire qu'une chose est imprévisible ?
Détermination du thème

Quelle est la nature de nos pensées ?

Qu'est-ce qu'une idée ?
Est-ce que la pensée est un processus continu ?
Quelles sont les relations entre le langage et la pensée ?
Comprendre le monde, est-ce le penser ?
Les différents modes de conscience ?
Peut-on penser l'impensable ?
La pensée est-elle réductible à la matière ?
Quel phénomène fonde l'expression "la pensée" ?
Peut-on penser sans croyance ?
Peut-on entraver la liberté de penser ?
Y-a-t-il des liens entre la liberté individuelle et les libertés collectives ?
L'esclave : oui-non ou plus ou moins ? de qui ou de quoi ? ?
La réflexion dégrade-t-elle l'intuition ?
Peut-on définir la conscience ?
Peut-on penser sans langage ?
Peut-on faire un atelier philo sans mots ?
La pensée et le temps ?
La limite du langage ?
Qu'est-ce qui fonde le raisonnable ?
Tout argument est-il recevable ?

Quel "Thème" pour les mois à venir ?
La réalité du temps ?
Dieu ?
Le Dieu des savants ?
D'où je parle ?
N'y-a-t-il pas de l'universel en nous ?
Ce qui est devait-il être ?
Sans sortir de son ego, l'individu peut-il cerner ce qui l'entoure?
L'être et la lettre ?
Dieu est-il incompatible avec la philosophie ?
Sans croyance, l'individu peut-il avancer ?
La transcendance est-elle toujours religieuse ?
nouvelle méthode
Que du bonheur !
Vaut mieux avoir un peu de chaque chose que beaucoup d'une seule !
0n était là avant.
Les valeurs se perdent.
L'immigration est un problème
Oui, mais c'est bien pratique.
J'peux pas, j'ai pas le temps.
Que fait la police ?!
Y-a plus de jeunesse !
Les nôtres avant les autres !
Je tiens à toi !
Le travail, c'est la santé !
Tout se paie !
Mais pas que...
La connerie attire la connerie...
Dans ma vie d'avant...
Bonne Année ?
Toutes choses étant égales par ailleurs
L'homme ne voit pas le péril, il voit le profit
Après la pluie, le beau temps
En son âme et conscience
Pierre qui roule n'amasse pas mousse
Pour qui roules-tu ?
Il est bon de tourner sept fois sa langue dans sa bouche...
Mieux vaut tard que jamais ...
Faire et Défaire
Parler pour ne rien dire
Fais comme chez toi
Le dernier qui parle a toujours raison
C'est l'intention qui compte
Tout fout le camp, ma pauvre dame !
Les nuits sont plus longues que les jours !
La nuit tous les chats sont gris !
Ils se foutent de nous !
On est obligé de marcher !
C'est comme ça !
Il faut boire le vin quand il est tiré
Je ne sais pas si j'irai voter
En définitive, c'est à nous de faire !
Voter, c'est abdiquer!
Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras.
Il faut faire ce que l'on dit !
Il ne faudrait pas vieillir !
C'est pourtant pas compliqué !
Ils parlent bien mais que font-ils ?
La lumière est-elle antérieure à la matière ?
On demeure dans l'incertitude
A la va comme j'te pousse
On finira bien par y arriver
Où allons-nous ?
ça fait du bien par où ça passe
Y-a pas le choix !
Y-a pas le temps !